L’administration de l’ozone

L’ADMINISTRATION DE L’OZONE :

L’ozone peut être utilisé sous 3 formes. Il est donc important de toujours maîtriser le dosage afin d’avoir l’effet voulu sur la cible souhaitée.

Du fait de la haute instabilité de la molécule d’ozone de qualité médicale, ce mélange doit être utilisé immédiatement après sa préparation. Il est impossible de stocker l’ozone sur une très longue période.

Pour contrôler cette instabilité, on peut associer ces molécules d’ozone :

  • à une solution aqueuse (eau), permettant ainsi d’accélérer la décomposition
  • à une solution visqueuse (huile) pour la retarder et ainsi favoriser un stockage plus durable.

C’est ce que nous allons voir ci-dessous.

  1. L’ozone gazeux

Les mélanges gazeux utilisés pour les traitements à l’ozone sont composés de 95% à 99.95 % d’O2 et de 0,05 à 5 % d’O3. C’est la forme la plus employée en odontologie. L’utilisation se fait soit en système dit  »ouvert  » ou  »fermé » afin de prévenir les effets néfastes, notamment l’inhalation qui peut léser le système broncho-pulmonaire.

  1. L’eau ozonée

C’est sous cet aspect que l’ozone présente sa meilleure biocompatibilité et sa toxicité la plus basse par rapport à d’autres agents anti-infectieux, comme l’hypochlorite de sodium ou la chlorhexidine. L’ozone aqueux est un puissant bactéricide, virucide et fongicide. En effet, son efficacité sur les Candida albicans est prouvée. Son emploi est local ou loco-régional par voie cutanée, buccale…

  1. L’huile ozonée

L’huile ozonée se conserve facilement sur plusieurs années. Son action sur de nombreuses bactéries est avérée. On retrouve principalement les mycobactéries, les entérocoques, les streptocoques, les staphylocoques, Escherichia coli et les pseudomonas. On peut l’appliquer sur la peau et les muqueuses. Elle existe aussi sous forme de gélules et de seringues.

Compléments sur les 3 formes :

Qui dit gaz dit générateur d’ozone. Le premier àvu le jour en Allemagne en 1857 et fût inventé par Werner Von SIEMENS.

Notons que 3 systèmes permettent de générer du gaz ozone :

  • le système à ultraviolets
  • le système à plasma froid (par réaction électrochimique)
  • le système à décharge Corona (par décharge électrique)

Les deux premiers systèmes sont plutôt utilisés en esthétique, dans les centres spa, pour la purification de l’air et de l’eau.

Le troisième système basé sur l’effet corona ou « effet couronne », favorise une décharge électrique entraînée par l’ionisation du milieu entourant un conducteur.

C’est le système le plus communément utilisé pour les générateurs médicaux.

Il est très simple à manipuler et permet d’obtenir un gaz avec une concentration d’ozone pouvant aller jusqu’à 5%.

L’eau ozonée

Pour obtenir de l’eau ozonée, il faut réaliser ce que l’on appelle le « barbotage » c’est-à-dire le passage d’un gaz (mélange d’oxygène et d’ozone) à travers un liquide). L’eau ozonée est obtenue grâce à un générateur dans un récipient contenant de l’eau.

Oleg V et al. ont proposé un protocole de production d’eau ozonée à partir de leurs recherches. Le gaz est produit à une concentration de 5mg/l et le temps d’application dépend du volume d’eau à ozoner (30 minutes pour trois litres et 60 minutes pour dix litres).

Le temps de demi-vie de l’ozone dans l’eau étant nettement inférieur à celui dans l’air, le mélange devra être utilisé rapidement après sa fabrication

La première utilisation de l’ozone en dentisterie a été décrite en 1930, par le dentiste allemand Dr E. A Fish, qui l’utilisa dans sa pratique de façon régulière à Zurich, en Suisse, sous forme d’eau ozonée. Il soigna par la suite le chirurgien Autrichien le Dr Ernst Payr, pour des infections dentaires. Ce dernier stupéfait par les résultats, devint un fervent défenseur de l’ozone et dédia ses recherches à son utilisation médicale. Ce n’est qu’en 1958 que l’ozonothérapie prit un nouvel essor, lorsque les physiciens allemands Joachim Hansler et Hans Wolff présentèrent le premier générateur d’ozone gazeux à visée médicale : L’Ozonosan.

L’huile ozonée :

Dans le même principe que la production d’eau ozonée par barbotage, Oleg V et al. ont proposé un protocole de réalisation d’huile ozonée :

Pour une application orale, cent millilitres d’huile végétale (tournesol ou olive principalement) sont ozonés pendant dix minutes par un mélange oxygène/ozone à une concentration de 20mg/l (cinq minutes d’application pour une concentration de 40mg/l).

L’ozone mélangé avec une substance visqueuse, comme une huile végétale, voit son temps de demi-vie augmenté ce qui permet un stockage du produit pendant une période plus importante.

L’huile ozonée a souvent été recommandée pour une utilisation ambulatoire par le patient, afin de compléter un traitement classique.

Depuis quelques années maintenant on a vu apparaitre sur le marché des seringues d’huile d’olive ozonées de marque Hoffmann qui sont utilisées par les praticiens comme alternative à la chlorhexidine en endodontie.

Merci aux Drs Aurelien Timon, Joffrey Duran et  Hélène Goemaere pour leurs sujets de thèse sur la question et la société allemande Dr J Hansler Gmbh pour la richesse de son contenu et de son expertise.

Commenter